10.12

 → 

11.03 2023


Thomas

Julier

Dawn Chorus

Protocol

Thomas Julier, Chameleon Eyes, depuis 2020

L’installation Dawn Chorus Protocol de Thomas Julier conçoit Lemme comme un espace de son et lumière et ainsi interprète l’intérieur de la sculpture et son environnement immédiat. Avec ce projet, l’artiste s’est mis en quête de sa propre socialisation esthétique, laquelle commença dans les forêts du Haut Valais lors de raves trance Goa et soirées techno à la fin des années 1990 qui s’inspiraient de différentes subcultures. Les jeux vidéo, MTV, les raves et la science-fiction ont joué à parts égales un rôle essentiel dans l’évolution du style de l’artiste.

Thomas Julier a placé différents éléments lumineux et sonores dans le cube en béton. Des transducteurs convertissent les vitres des fenêtres en surfaces diffusant le son : ainsi toute l’architecture se transforme en un seul corps sonore. Un rythme sourd, perceptible de tout près seulement, s’élève de Lemme ; produit par des synthétiseurs, il ne cessera de vibrer pendant toute la durée de l’exposition. Des vidéos animées, générées par un ordinateur, créent une lumière atmosphérique qui se répand dans tout l’espace. Elles évoquent le style visuel des clips et des pochettes d’albums des années 1990 ainsi que le graphisme des débuts de la culture numérique.

Thomas Julier, né en 1983 à Brigue, vit et travaille à Zurich. Il a étudié la photographie et les Fine Arts à l’université des Arts de Zurich où il a également enseigné de 2016 à 2021. Thomas Julier expose régulièrement en Suisse et à l’étranger. En ce moment, il expose chez openspace à Nancy et The Lighthouse à Zurich. Par ailleurs, il réalise des projets en tant que commissaire, par exemple une série de projections de films dans l’atelier qu’il partage avec Thomas Sauter. Le canton du Valais lui a remis une bourse ArtPro en 2022.

Site web du projet: https://thomasjulier.info/fr/dawn-chorus-protocol

English text: https://thomasjulier.info/en/dawn-chorus-protocol

Soutenu par

Jean Richard
Prochaines expositions

Dawn Chorus Protocol

Thomas Julier

Un son produit par des synthétiseurs fait vibrer les fenêtres de l’espace pendant toute la durée de l’exposition. Ainsi galvanisé, Lemme se transformera en une sculpture sonore. On y entendra la musique polyphonique et les rythmes labyrinthiques qui composent la bande-son de deux œuvres vidéos, à l’origine indépendantes mais que Thomas Julier met, ici, en relation. Les deux vidéos Chameleon Eyes et Puzzle of a Maze constituent les pièces maîtresses de plus vastes complexes artistiques abordant les motifs de l’espace et du temps. Dans l’exposition Dawn Chorus Protocol (Protocole du chœur de l’aube), la présence singulière et simultanée des deux œuvres se déploie dans le dialogue avec la bande sonore live. Julier conçoit un espace d’exploration dans lequel les liens entre les vidéos et les sons ne cessent de se décaler puis se redéfinir. La nature de l’expérience esthétique à laquelle Dawn Chorus Protocol nous convie est contradictoire : où se situe-t-elle dans le répertoire de nos sensations et de notre intellect ?

Thomas Julier s’intéresse à l’esthétique des expériences générées par les ordinateurs et les machines ainsi que leur rôle dans notre représentation de la nature. Nos représentations de la nature sont imprégnées de discours sociétaux, d’instruments et de technologies permettant à l’humain de se rapprocher d’elle à un moment déterminé et dans un milieu particulier. Ainsi, nous considérons enfin certains phénomènes naturels de façon globale et non plus isolée en tenant compte des interdépendances, et cela, grâce à des recherches que la technologie rend possible. Dans sa recherche et sa pratique artistiques, Thomas Julier se préoccupe du phénomène de la construction culturelle et technique des représentations de la nature.

Adolescent dans les années 1990, l’artiste, vivant alors à Brigue, fut socialisé par MTV, les jeux vidéo, la science-fiction, Napster, des rave partys et la techno. Depuis toujours, les questions liées aux médias accompagnent son travail ; il y répond avec une approche expérimentale en se jouant du problème de la complexité. Ses études aux Beaux-Arts lui apportèrent des connaissances théoriques sur l’art et la culture. Depuis quelque temps, Thomas Julier réalise des projets en collaboration avec des chercheur·ses en sciences naturelles et sciences humaines. Dawn Chorus Protocol fait le pont entre les souvenirs de la socialisation esthétique de l’adolescence de Julier en Valais et ses créations actuelles visant l’interdisciplinarité. Il nous invite à recueillir les impressions que l’on éprouve face à son œuvre, à nous plonger dans ce lacis d’associations inhabituelles, au cœur de ces champs de référence inattendus.

Chameleon Eyes est une œuvre d’art publique in situ. Elle a été créée au Heiligfeld Park et dans la zone d’habitation avoisinante à Zurich Ouest. Chameleon Eyes polarise son attention sur le mouvement des oiseaux. Le vol d’oiseaux sédentaires ou migrateurs est suivi en direct et transmis sur un écran double face en LED installé dans le parc. La surface de projection est alimentée par des données visuelles que deux caméras thermiques enregistrent sur le toit des habitations. Semblables aux yeux du caméléon, les deux caméras thermiques peuvent, indépendamment l’une de l’autre, pivoter de 360° et repérer leur proie à une distance non négligeable. Programmée par des algorithmes, des protocoles et des variables, l’œuvre capture la vibrante activité des oiseaux dans un milieu ambiant et le transpose pour les spectateur·ices en images thermiques à la limite de l’abstraction ayant les tonalités du spectre monochromatique. En plus de la diffusion en direct sur l’écran du parc, il est possible de télécharger d’autres séquences filmées réunies sur un site web : toute une collection de vols d’oiseaux enregistrés par Chameleon Eyes depuis le début de son installation. Ces images sont montrées sur l’un des deux écrans à Lemme.

Avec Puzzle of a Maze, Thomas Julier nous invite à explorer un objet qui structure et mesure le temps, telle une horloge. Dans une vidéo animée, on peut observer les mouvements d’une sphère dont la surface est modelée. Elle tourne autour d’un axe dans l’espace. Puis, la sphère se désintègre. Les fragments s’éloignent du centre en flottant tout en continuant à tourner autour de l’axe avant de revenir lentement pour reformer un tout. Puzzle of a Maze est une variation sur les représentations d’une sphère : certaines sont virtuelles et d’autres matérielles. En effet, certains fragments ont été fabriqués en acier inoxydable par une imprimante 3d, et d’autres dessinés au crayon sous différents angles par une machine. Ces œuvres matérielles correspondent à des données enregistrées dans le système de fichier interplanétaire (InterPlanetary File System) auquel on peut accéder via une appli. Cette app permet de découvrir l’œuvre d’art ; en outre, les propriétaires de Token peuvent voter sur son évolution dans les espaces virtuelles et physiques. Un point de référence sur le Ethereum-Blockchain synchronise toutes les diffusions de la vidéo. Que l’on regarde la sphère sur son appli ou sur l’écran de l’exposition, on assiste dans les deux cas exactement au même moment de ce processus perpétuel.